CFP2019 – Programme préliminaire – 2ème Journée de l’ACCompagnement (JACC) médico-social – Mercredi 4 décembre 2019

Par Nathalie Isabelle dans Actualités Actualités scientifiques

L’inscription au CFP2019 inclut celle de la Journée de l’ACCompagnement (JACC) médico-social

Travail et réalisation de soi

Modérateur : Denis LEGUAY – Angers 

Argument :
Le travail, la dignité et le rôle social qu’il confère, les relations personnelles qu’il permet, le gain de pouvoir d’achat, la stimulation cognitive qu’il induit, sont, on le sait, de puissants facteurs de rétablissement.
Il est donc recommandable de travailler.

Ce constat fait, de multiples interrogations surgissent, et les réponses n’abondent pas. D’abord la question de la motivation, aux multiples facteurs, « Est-ce possible, est-ce crédible, pourquoi en aurais-je envie ?
Travailler peut-il vraiment améliorer ma vie ? »

Puis celle de la capacité, « En serai-je capable ? Aurai-je le temps d’apprendre le nécessaire ? » et celle de l’employabilité, « Mes compétences peuvent-elles intéresser un employeur ? »

Et puis… si, décidément, un emploi était, pour moi, inatteignable ? Ou si le travail ne constituait pas pour moi une priorité ?

Mais autour de ces questions centrales, de nombreux autres registres s’invitent.
Celui du lien avec le logement, celui du parcours médico-administratif, pour être admis en établissement de travail protégé, ou celui de l’aide à requérir pour décrocher un contrat en milieu ordinaire… Pôle emploi ? Cap Emploi ? Emploi accompagné ?
Et l’entretien d’embauche, l’intégration dans l’entreprise, ou le collectif de travail : quelles réalités de terrain ? Faut-il tout dire des difficultés ? « déstigmatiser » de façon volontariste ? Compter sur l’intelligence collective et la bienveillance, ou rester pragmatiques et discrets ?

Notre journée abordera tous ces aspects concrets, qui ont souvent, et déjà, donné lieu, sur le terrain, à la construction de réponses pertinentes.
Qu’en retirer ? Quelles solutions méritent-elles une généralisation ? La réglementation doit-elle évoluer et pour privilégier quelles approches ?

Cette deuxième Journée de l’ACCompagnement, organisée dans le cadre du Congrès Français de Psychiatrie cherchera à imaginer l’avenir, et à contribuer à sa construction.

Quatre thèmes seront déclinés au cours de cette journée :

1 – Travailler, seule solution pour le rétablissement ?
Est-il nécessaire, incontournable d’accéder à un emploi pour se rétablir ? Le travail, par la posture sociale qu’il permet, est un atout maître, mais doit il être le seul ? Devrait-on considérer qu’hors le travail point de salut ? Y a-t-il, dans notre société, une injonction à travailler ? Le rétablissement serait-il amoindri par l’absence de statut professionnel ? Et qu’en pensent les personnes vivant avec des troubles psychiques, qui, de leur fait, ne peuvent – ou ne veulent – se lancer dans la quête de l’emploi ?
Intervenants pressentis : Florian FORESTIER – philosophe – Paris, Jean-Philippe CAVROY et un membre du ClubHouse Paris

2 – Accéder à l’emploi, un « parcours de dingue » !
Pour les personnes en situation de handicap, davantage encore que pour tout autre citoyen, l’accès à un emploi durable, en milieu ordinaire, relève du parcours du combattant. Ce parcours est en soi un obstacle. Affronter, d’abord, les mots, le doute, les postures de ceux qui, d’avance, n’y croiront pas. Puis la complexité des dispositifs administratifs censés aider à s’y engager qui, paradoxalement, peuvent retarder, voire entraver l’inclusion professionnelle. Que faudrait-il faire ? Que faudrait-il changer dans le regard, et dans la réglementation ? Quels moyens, quels programmes, quelles stratégies aident-ils, préparent-ils à l’accès, et au maintien dans l’emploi ?
Intervenants pressentis : Matthieu LAFRECHOUX – Geist Mayenne – Laval accompagné d’un usager, Nicolas FRANCK – CL3R – Lyon

3 – Faut-il supprimer les établissements de travail protégé ?
Les politiques publiques récemment annoncées semblent vouloir donner une impulsion nouvelle à l’accès au milieu ordinaire de travail. Les personnes en situation de handicap psychique, sans déficit intellectuel, pourraient bien s’y voir désormais préférentiellement orientés et les ESAT fermement invités à se transformer radicalement. Cette orientation est-elle justifiée ? Quelle mission, en se transformant, les établissements et structures de travail protégé pourraient-ils continuer à remplir au bénéfice des usagers ?
Intervenants pressentis : Stéphane GRANGE – Messidor – Lyon, Didier CHARLANNE – VYV Care

4 – Et l’Emploi Accompagné ?
L’Emploi accompagné (Soutien en emploi, programme « IPS ») connaît désormais une faveur grandissante, au vu des plaidoyers qui se multiplient, et du caractère probant de ses résultats. Depuis le rapport Le Houerou (2014), beaucoup de chemin a été parcouru en France, comme dans nombre de pays européens. L’emploi accompagné semble particulièrement convenir aux personnes en situation de handicap psychique et désirant travailler. Des évaluations sont conduites, des rapports d’expérience sont désormais disponibles. Que peut-on en dire en 2019 ? Les méthodes ont-elles évolué ? Les résultats sont-ils encore, avec le recul, spectaculaires ?
Intervenants pressentis : Marc CORBIERE – UQAM – Québec, Bernard PACHOUD – Paris Diderot, Danièle SPANIOLI – Lausanne, Simon Roussey – ANSA – Paris, Margherita Maestri – ANSA – Paris