Développement Professionnel Continu (DPC) – Formation Médicale Continue (FMC)



Formation Continue – Data Dock

Faites prendre en charge votre venue au CFP par votre service formation.

Le Congrès Français de Psychiatrie, en partenariat avec l’ODPC CNQSP est Datadocké, ce qui en facilite la prise en charge par vos services formation.
Numéro formation : 53 3509207 35 / Numéro d’accréditation DPC : 1587


Mercredi 25 novembre 2020                                         

9h00 – 12h00

DPC1 – 15872000039 – CFP2020/GEPS/CNQSP – Postvention : outil de prévention du suicide
Co-animé par Cécile OMNES – Plaisir et Kanda KOENIG – Plaisir

http://www.odpc-cnqsp.org/inscriptions/15872000039-S1.php

Résumé et objectifs de l’action de formation DPC
Un milieu qui a vécu le suicide d’un membre de l’entourage n’est pas nécessairement un milieu endeuillé, c’est pourquoi il est important de mettre en place des interventions adaptées aux réactions et aux besoins des différents groupes cibles.
Les psychiatres peuvent être sollicités par les différents milieux de vie pour intervenir secondairement suite à un suicide dont la survenance a provoqué une déstabilisation durable. Ils sont aussi sollicités pour des thérapies de deuil après suicide dont ils doivent connaître les particularités
Cette action de formation DPC visera à donner le sens de l’anticipation et de l’organisation aux participants à partir d’une simulation de situation.
L’action abordera :
– les premiers secours ;
– les différentes annonces dont celle auprès de l’entourage ;
– l’accompagnement des endeuillés (entourage et endeuillés professionnels) ;
– la prévention de la contagion suicidaire.
Objectifs pédagogiques de la démarche DPC :
Apporter une clarification au concept de postvention suite à un décès par suicide :
. les différents cercles des personnes impactées,
. les mécanismes des impacts,
. la séquence des actions à entreprendre à partir de la découverte du geste suicidaire,
. les actions à entreprendre secondairement en raison des impacts psychologiques.
Au terme de l’action, les participants devraient être mieux à même de concevoir un protocole de postvention dans leur propre domaine d’exercice professionnel.

9h00 – 12h00                                                                          

DPC2 – 15872000045 – CFP2020/SFT – Le sevrage tabaco-cannabique en psychiatrie.
Co-animé par Alice DESCHENAU – Le Kremlin Bicêtre, Marie MALECOT – Lyon et Michel UNDERNER – Poitiers

http://www.odpc-cnqsp.org/inscriptions/15872000045-S1.php

Le tabagisme des patients schizophrènes est plus fréquent qu’en population générale, de l’ordre de 60 à 90 %, de même que l’usage du cannabis allant de 20 à 40 %, selon les études et les pays. Contrairement aux idées reçues, la majorité des patients souhaitent réduire ou arrêter. Mais du fait d’avoir une consommation également plus sévère et du fait de leur pathologie, ils essayent moins souvent d’arrêter et réussissent plus difficilement.
Ils ont besoin d’un accompagnement plus soutenu, et d’être protégé dans des situations à risque comme une hospitalisation en psychiatrie.
La moitié des patients de psychiatrie décèdent d’une pathologie liée au tabagisme. De nombreuses rechutes sont attribuables à l’usage du cannabis. Les patients fumeurs requièrent des dosages plus élevés pour certains antipsychotiques, augmentant les risques d’effets secondaires. La défume est donc un enjeu majeur pour les patients schizophrènes.
Objectifs :

  • Modifier les idées reçues des praticiens concernant le tabagisme et l’usage du cannabis qui peuvent freiner la prévention et la prise en charge.
  • Savoir évaluer les usages et les conduites addictives des patients schizophrènes.
  • Connaître les principes d’une prise en charge globale.
  • Pouvoir interroger les règlements et pratiques des services et établissements concernant le tabac et le cannabis.

Méthodes d’enseignement :
Auto-questionnaires avant/après
Cas cliniques
Échanges de pratiques
Synthèse des outils permettant une prise en charge globale
Mise à disposition des participants d’un document de synthèse de l’atelier

9h00 – 12h00                    

DPC3 – 15872000043 – CFP2020/AFPBN/TDAH – TDAH de l’adulte : clinique et prise en charge
Co-animé par Charlotte KRAEMER – Strasbourg et Olivier MENARD – Lille

http://www.odpc-cnqsp.org/inscriptions/15872000043-S1.php

Le TDAH de l’adulte est un trouble qui est encore peu reconnu en France. Les études épidémiologiques suggèrent pourtant qu’il concerne 3 % des adultes, et qu’il est associé à une grande prévalence d’autres troubles psychiatriques, avec des conséquences sociales, familiales et professionnelles importantes.
Les psychiatres d’adultes connaissent mal ce diagnostic (parfois difficile à poser du fait des comorbidités), et les moyens thérapeutiques à appliquer. Souvent les soins se focalisent sur les comorbidités, avec un risque de mauvaise réponse thérapeutique, ou de diagnostic inadéquat de trouble de la personnalité, entraînant potentiellement une stigmatisation et des difficultés d’accès aux soins.
L’enjeu de cette formation est d’aborder de manière interactive les aspects diagnostiques et thérapeutiques du TDAH de l’adulte, afin de favoriser sa prise en compte par les psychiatres.

Objectifs :
– Connaître la clinique du TDAH de l’adulte, ses spécificités, et la procédure diagnostique (outils, questionnaires…)
– Identifier un TDAH dans le cadre de comorbidités (troubles de l’humeur, usage de substances, troubles de la personnalité, troubles du sommeil), ainsi que de comprendre comment le TDAH peut modifier la prise en charge
– Connaître les principes des prises en charge médicamenteuses et psychothérapeutiques

Méthodes d’enseignement :
Exposés brefs, vidéos, cas cliniques, question-réponses, échanges de pratiques

Mercredi 25 novembre 2020                                         

14h00 – 17h00

DPC4 – 15872000042 – CFP2020/AFPBN/SoPsy – La prise en charge des mauvais rêves n’est plus un cauchemar
Co-animé par Carmen SCHRÖDER – Strasbourg, Agnès BRION – Paris et Isabelle POIROT – Lille

http://www.odpc-cnqsp.org/inscriptions/15872000042-S1.php

Cauchemars et comportements anormaux au cours du sommeil ont une prévalence élevée chez l’adulte (entre 2 et 8 % de cauchemars en population générale, entre 2 et 3 % de terreurs nocturnes, et autour de 4 % chez l’adulte de somnambulisme). Alors que chez l’enfant ces phénomènes sont très fréquents (prévalence des cauchemars occasionnels autour de 75 %, du somnambulisme entre 15-40 %, des terreurs nocturnes à 14 %) et le plus souvent bénignes, les patients adultes n’en font pas toujours état spontanément car ces troubles du sommeil sont rarement le motif premier de leur demande de soin. Considérés comme symptômes de la pathologie psychiatrique, ils sont souvent banalisés et font rarement l’objet d’une exploration plus poussée. Les cliniciens peuvent avoir du mal à différencier les situations relevant d’une variante de la normale ou celles qui seront associées à une psychopathologie ; ou encore les situations qui demanderont des compléments d’examens ou des enregistrements du sommeil. Pourtant, on les retrouve souvent associés au suicide, au trouble du stress post-traumatique (TSPT), aux troubles de personnalités…

Le traitement des cauchemars en particulier est avant tout psychothérapique. La RIM (répétition d’imagerie mentale) est recommandée pour ses effets sur les cauchemars récurrents, dont ceux liés aux TSPT, mais aussi sur les psychopathologies qui leur sont associées (troubles du sommeil, de l’humeur, anxiété…). Il s’agit d’une méthode rapide et simple à appliquer en individuel ou en groupe de thérapie.

Devant cette symptomatologie fréquemment associée aux troubles psychiatriques, dont la prise en charge ne bénéficie pas de consensus à l’heure actuelle, ce DPC a pour but de comprendre les mécanismes sous-jacents et surtout d’aider le psychiatre confronté à ce type de plainte d’avoir une démarche évaluative, puis de proposer un guide de prise en charge.

Prise en compte, conduite à tenir et prise en charge des cauchemars et d’autres parasomnies en psychiatrie

14h00 – 17h00

DPC6 – 15872000044 – CFP2020/FFAB – Dépistage et prise en charge des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) chez l’enfant 
Co-animé par Julia CLARKE – Paris et Mathilde SEPTIER – Paris

http://www.odpc-cnqsp.org/inscriptions/15872000044-S1.php

Les Troubles des Conduites Alimentaires (TCA) de l’enfant (du nouveau-né au préadolescent) représentent des entités cliniques hétérogènes et distinctes, pouvant avoir des conséquences graves et sont souvent mal connus.
Les manifestations cliniques des TCA sont plus variées et atypiques chez l’enfant que chez l’adolescent et l’adulte. Du fait d’une instabilité clinique fréquente, leur diagnostic peut être difficile à établir et les approches thérapeutiques généralement retenues relèvent plus du bon sens clinique que d’une démarche éprouvée.

L’objectif principal de cette formation est de permettre aux professionnels de la santé et du développement au contact de populations pédiatriques d’acquérir les éléments indispensables à la connaissance du développement alimentaire normal de l’enfant mais aussi à la détection et à la reconnaissance des situations pathologiques.

Nous souhaitons, dans le cadre d’une session soutenue par la FFAB, aborder de façon pluridisciplinaire et exhaustive l’ensemble de ces troubles à l’aide d’apports théoriques et de vignettes cliniques relevant de la pratique courante.

Afin de permettre l’acquisition de connaissances directement utiles à la pratique quotidienne des professionnels (praticiens confirmés ou débutants), nous avons défini les trois objectifs de la communication suivants :


1/ TCA et développement :

  • –  Savoir définir le développement alimentaire « normal » de l’enfant 

  • –  ConnaÎtre les TCA de l’enfant aux différents stades de développement, leurs conséquences nutritionnelles (dénutrition, surpoids, obésité) et la clinique : du nouveau-né au préadolescent (refus alimentaires et troubles d’alimentation sélective 
et/ou d’évitement, hyperphagie boulimique, anorexie mentale à début précoce).
  • 2/ TCA de l’enfant co morbides d’affections pédiatriques : 

  • –  Repérer les TCA de l’enfant en situation de maladie somatique (diabète, maladies digestives inflammatoires chroniques, maladies métaboliques, douleur) 

  • –  Repérer les TCA de l’enfant atteint de troubles psychiatriques (troubles anxieux, troubles du neuro développement de type trouble déficit de l’attention, trouble du spectre de l’autisme) 

  • 3/ Connaître les outils de dépistage des TCA de l’enfant et modalités de prise en charge 


La communication s’adresse à tous les professionnels de santé au contact de patients en population pédiatrique ou pédopsychiatrique, aux spécialistes des troubles du comportement alimentaire.

14h00 – 17h00

DPC7 – 15872000040 – CFP2020/AFPBN/Psychiatrie légale – Psychiatrie réquisitionnée: examen, rédaction : comment éviter les erreurs ?
Co-animé par Nidal NABHAN ABOU – Rennes et Laurent LAYET – Nîmes

http://www.odpc-cnqsp.org/inscriptions/15872000040-S1.php

Le contexte : tout psychiatre peut être requis
Objectifs de la communication : éviter les erreurs lors de la rédaction d’un examen lors d’une procédure pénale

Samedi 28 novembre 2020

9h00 – 12h00

DPC5 – 15872000041 – CFP2020/AFPBN/ Psychopharmacologie – Effets secondaires des antipsychotiques : de l’identification à la gestion
Co-animé par Hervé JAVELOT – Brumath et Coraline HINGRAY – Nancy

http://www.odpc-cnqsp.org/inscriptions/15872000041-S1.php

Si les effets indésirables des antipsychotiques sont en apparence connus leur identification et leur gestion n’est pas toujours aussi évidente qu’il y parait. A quel moment et comment réagir face à la prise de poids ? Comment gérer les troubles sexuels et endocriniens (hyperprolactinémie) ? Comment discriminer finement les effets indésirables moteurs ? Et combien de temps envisage-t-on un traitement dit « correcteur » ? Quelles stratégies adopter face aux « petits maux », comme les effets anticholinergiques (constipation, sécheresse, confusion), aux conséquences parfois gravissimes ? Comment, in fine, opère-t-on un switch lorsque la situation l’impose ?

Cette formation vise à proposer de manière pratique et interactive une vision globale de la gestion de l’iatrogénie sous antipsychotique.

Objectifs :

  • Identifier et gérer les effets indésirables principaux liés aux antipsychotiques : présentation à partir de situations concrètes,
  • Prendre en compte les recommandations existantes sur l’iatrogénie sous antipsychotiques,
  • Intégrer la connaissance de la psychopharmacologie dans ses prescriptions médicales.

Méthodes d’enseignement :  

  • rappels synthétiques,
  • cas cliniques,
  • partage / échange avec la salle.

Accréditation CME

L’EACIC accordé 33 points CME au CFP

HOW TO OBTAIN CME CREDITS

Participants requesting CME credits are required to complete the online evaluation form on the EACIC website www.eacic.eu

Please follow the below steps to receive your CME Certificate.

  1. Go to the EACIC website www.eacic.eu
  2. Click on “CLAIM YOUR CME CREDITS”
  3. Choose the option « I AM ALREADY REGISTERED » or « I AM NOT REGISTERED »
  4. The Event Code for this event is CFP2019
  5. Log on or register
  6. Complete the online evaluation form
  7. Press « save »
  8. Your CME certificate will be automatically emailed to the address provided

The deadline to complete the evaluation form is7 February 2020.