Cette année, c’est la Crise. Le trouble. La rupture d’équilibre. Nous sommes arrivés au nœud de l’action dramatique, le suspense est terrible : devons-nous craindre ou espérer son dénouement ? Devons-nous être bouleversés, ébranlés, mortifiés par les changements profonds d’une Psychiatrie dont les mutations seraient le prélude de sa disparition ? Devons-nous nous réjouir, enthousiastes, de cette Crise comme Chance de nous acheminer vers une issue salutaire déterminante ? Devons-nous nous projeter dans une dystopie ou être rassurés par les anticipations d’Herbert George Wells en nous répétant que « la crise d’hier est la blague de demain » ? L’édition 2019 du Congrès Français de Psychiatrie lève le rideau…

Les peoples sont-ils nos amis ?

Angelina (Jolie), Mariah (Carey) et Marilyn (Monroe) sont-elles des ennemies de la psychiatrie ? Leur double mastectomie à titre préventif d’une mutation BRCA, leur trouble bipolaire et leur suicide peuvent-ils diminuer le stigma entourant la santé mentale ? Améliorer l’accès aux soins ? Ou risquent-ils d’encourager des conduites à risque ? Venez parés de vos paillettes, le débat promet d’être pop (D04).

Quand les patients ont mauvais genre

La « Dysphorie de Genre » est un trouble psychiatrique dans le DSM-5, pas dans la CIM-11 où elle est une « Incongruence de Genre » répertoriée comme « Situation liée à la santé sexuelle ». Terminologies, catégorisations, conceptions étiologiques et prises en charge de ces problématiques de genre tentent d’évoluer au rythme accéléré des personnes qui demandent un diagnostic et s’engagent dans un processus de transition de genre. Quelle est la place du psychiatre dans cette transition ? Pendant combien de temps ? Pour des échanges de vues sur ces changements de sexe, tenue incorrecte souhaitée (D05).

Les psychiatres ont-ils du nez ?

Fétides, subtiles, putrides, exquises, les odeurs désagréables et les délicates participent à l’élaboration de nos émotions les plus fines. Sens éminemment animal, l’odorat décèle danger, dégout, désir… Dans un univers moderne aseptisé, le psychiatre peut-il (encore) utiliser son nez comme un outil sémiologique, diagnostique voire thérapeutique ? (S06).

Fake Psychiatrie

Le recours aux médecines intégratives et complémentaires (anciennement alternatives, parallèles ou douces) en santé mentale crée le malaise. D’aucuns dénoncent la prescription par des médecins de ces thérapeutiques « sans fondement scientifique » (Fake medicine). D’autres considèrent que la scientificité des théories sous-tendant les interventions thérapeutiques en psychiatrie est tout aussi relative. Affaire à suivre… (D10).

Comment se réveiller un psychiatre à ses côtés

Le psychiatre est-il une espèce en voix de disparition ? Sait-il encore à quoi il sert ? Quel est son objet ? Un cerveau ? Des lésions ? Des médicaments ? Des images en 3D ? De l’inclusion sociale ? Des data sur smartphone ? Afin de ne pas se réveiller dans un monde sans psychiatres, et de protéger cette espèce, il semble qu’il faille préserver son seul objet et véritable outil de travail : la relation (S16).

Y-a-t-il une IA pour sauver la psychiatrie ?

Le machine learning a une bonne capacité pour prédire la survenue d’un premier épisode psychotique, d’une dépression, de comportements suicidaires ou pour différencier une schizophrénie d’un trouble bipolaire, avec parfois plus de précision que des cliniciens séniors. On peut toutefois se demander si l’intelligence artificielle (IA) peut vraiment tenir compte du potentiel de changement naturel des individus et aider la Psychiatrie à sortir de sa crise économique, démographique, éthique (FA10). Alors, l’IA est-elle la promesse d’un monde merveilleux où l’accès aux soins serait facilité ou l’annonce de la disparition de toute forme de médecine humaniste ? (D09).

Psychiatres sur le banc des accusés

Depuis 15 ans de plus en plus de patients demandent à être dédommagés et que leur médecin soit puni pour ses (supposées) fautes. Lors des procédures disciplinaires et pénales qui s’ensuivent, les praticiens et leurs pratiques sont souvent discrédités. Comprendre quand et comment les tribunaux condamnent ou relaxent un psychiatre accusé nécessite des regards pluriels. Pour ne jamais vous retrouver sur le banc des accusés, venez vous asseoir, confortablement, au symposium S08.

Psychiatre Pusillanime vs Psychiatre tout-Puissant

Le secret médical et l’indépendance professionnelle sont-ils devenus obsolètes en prison ? Certains s’inquiètent : Le ministère de l’Intérieur tenterait de « recruter » présidents de CME et administratifs hospitaliers comme agents de renseignements pour repérer les prisonniers radicalisés ou suspects de l’être. Constatant des tentatives répétées d’instrumentalisation, ils regrettent la réaction pusillanime de la profession. Au même moment, d’autres imaginent plutôt une Psychiatrie dotée d’un superpouvoir de divination et de protection de la société. Alors la Psychiatrie est-elle triomphante ? Victime ? Victime de son succès ? Venez vite en juger par vous-mêmes (D06).

Margot Morgiève,
Paris