Pourquoi les écrits du Marquis de Sade ne font-ils plus recette ? Eva Illouz nous éclaire.

Par Redacteur CFP dans Newsletter - CQFPSY

Dans son livre publié en 2013, Hard romance, Cinquante nuances de Grey et nous, Eva Illouz, sociologue, directrice d’études à l’école de Hautes Etudes en Sciences Sociales 
part du constat étonnant du succès du livre Cinquante nuances de Grey, écrit par E. L. James. Elle cherche à analyser non seulement les raisons de ce succès, non pas d’un point de vue littéraire, mais au niveau de l’évolution de la société, dans ce que cela dit de notre société.

Eva Illoys Grey

Dans cet ouvrage, Eva Illouz cherche à comparer le succès de Robinson Crusoé et celui de Cinquante nuances de Grey. Les styles sont évidemment différents. L’ouvrage d’E.L. James est un livre érotique, sur l’intimité sexuelle. La thèse soutenue par Eva Illouz est que le succès de ce livre n’est pas tiré de son contenu érotique, mais beaucoup plus de la “résonance avec l’état actuel des rapports hommes-femmes”. En fait, l’état actuel des rapports viennent s’inscrire dans des contradictions institutionnalisées. Celles-ci peuvent être à l’origine de désorientation. Et c’est justement ces désorientations que l’on retrouve dans ces livres à succès. Ils vont donner de nouveaux repères, ils vont permettre de guider le moi, de lui donner une meilleure orientation. On retrouve ici des éléments présents dans notre précédente newsletter sur le Self-Help.

Mais l’analyse proposée par Eva Illouz est encore plus fine. Nos sociétés sont à l’origine d’un déficit chronique de reconnaissance de soi. La fragmentation des tâches, la rapidité généralisée, la dépersonnalisation recherchée en sont les causes les plus visibles. Dans tout cela, autrui disparaît. A ce niveau, il ne faut jamais oublier les travaux de J. Patocka où le tu précède le je. Le personnage d’Ana est rempli d’incertitudes, de doutes sur sa propre valeur. Elle est en permanence dans la représentation, dans la comparaison de son statut, de sa richesse, de son éducation. Rien ne tient, tout est mouvant. Ana est perdue et va trouver dans la relation soi-disant sentimentale des repères. Mais ceux-ci vont venir dans un jeu de miroir donner des repères aux lectrices et aux lecteurs, avec un message qui sera “ta force de caractère viendra à bout de tes faiblesses, tu deviendras un sex-appeal”. Dans les relations sentimentales contemporaines s’insinue, c’est le terme employé par E. Illouz, une souffrance psychique, qui s’exprime sous différentes formes : anxiété, incertitude, ambivalence, ennui, … A cette souffrance, il faudra répondre, et cela peut se faire sous la forme de la douleur physique comme dans les pratiques sado-maso, soit alors dans la construction d’un moi self help. A aucun moment, il n’y a de retour à soi. Il y a même un oubli de la philosophie de Sade, qu’il exprimait si besoin “le cul que j’imagine est plus beau que le cul que je vois”. Le bonheur est dans l’imagination…

Eva Illouz viendra présenter ses travaux de recherche lors d’une conférence exceptionnelle qui se tiendra le samedi 4 décembre 2021 de 11h00 à 12h00 au Corum à Montpellier au Congrès Français de Psychiatrie.

Téléchargez le programme préliminaire du CFP2021  S'inscrire en ligne 

Pr G. Brousse,
CHU Clermont Ferrand, Université Clermont Auvergne EA 7280 Npsy-Sydo
Dr E. Peyron, AddiPsy,
Lyon